US MONCHY AU BOIS : site officiel du club de foot de MONCHY AU BOIS - footeo

Clément, 13 ans, mis à la porte d’Arras-Football. Sa maman est en colère

5 juillet 2015 - 16:45

Clément, 13 ans, mis à la porte d’Arras-Football. Sa maman est en colère

PUBLIÉ LE 05/07/2015

CHRISTOPHE HUMETZ la voix du nord 

 

Clément (c’est son nom d’emprunt) ne portera plus le maillot d’Arras-Football la saison prochaine. Le club lui a conseillé d’aller poursuivre sa formation ailleurs. Une décision qui a mis très en colère sa maman. Elle nous raconte l’histoire arrivée à son fils.

Lors du tournoi jeunes de la Pentecôte au stade Degouve.  PHOTOS PASCAL BONNIEREVDNPQR

On utilisera un nom d’emprunt pour ne pas pénaliser ce jeune joueur de 13 ans qui, après cinq ans à Arras-Football, vient d’apprendre qu’il ne serait plus dans l’effectif de la saison prochaine.

« Mais comment peut-on dire ça à un enfant ? », proteste sa maman très en colère. En colère aussi et surtout sur la façon de faire. « J’ai envoyé plusieurs textos pour connaître la procédure de renouvellement de sa licence. Je n’ai eu comme seule réponse que Clément n’allait pas être gardé. Mieux même, j’ai rencontré finalement l’entraîneur qui m’a dit qu’il pouvait signer, et payer au passage une licence de 140 €, mais qu’il ne jouerait pas. »

Le club arrageois a recruté d’autres gardiens, c’est le poste de Clément, et il ne serait que le quatrième de l’équipe. « Je me suis entendu dire qu’il ne pourrait plus rien apporter au club, qu’il ne progresserait plus », poursuit sa maman.

Cette année, après un parcours scolaire difficile, il avait réussi à intégrer une section sportive dans un collège privé. « On m’a même demandé de lui faire passer les tests d’entrée à la section football du collège Diderot. Jouant à Arras, il n’a pas fait les tests, mais il a été recalé lors de l’entretien en raison de sa moyenne. »

Entre-temps, avec l’aide de sa maman, il tente sa chance à la section football du collège Adam-de-la-Halle d’Achicourt. « Il est pris pour la rentrée prochaine. Mais il voulait arrêter à tout prix le football. Récemment, il a eu des crampons pour son anniversaire, et il voulait les revendre. »

« Pourquoi les parents ne se bougent pas plus ? »

Le monde s’est effondré autour de Clément qui continuera sa formation, car il est encore en formation, à Tilloy. « J’ai été très bien reçu par des personnes qui nous ont écoutés. Il aurait pu aussi aller à Saint-Laurent, où j’ai reçu aussi un bon accueil. » Le cas de son fils a bien sûr perturbé cette maman, mais elle s’étonne que les parents ne bougent pas plus.

« Dans l’équipe de mon fils, on a remercié sept joueurs. À 12 ans, on leur dit d’aller voir ailleurs. Mais personne ne bouge, personne ne conteste. C’est presque normal. À Arras, à 12 ans, on fait de l’élitisme. Et surtout on fait venir de plus en plus de gamins d’ailleurs. » Depuis quelques jours, et son passage à Tilloy, Clément a retrouvé le sourire. « Il va retrouver du plaisir, jouer avec les U14 en plus. Et c’est là pour moi l’essentiel. Le football, c’est sa passion, ça le canalise. »

«La catégorie U13 est la catégorie charnière du club»

Makhloufi Rebattachi est le manager général d’Arras-Football. Il nous explique comme fonctionne le club en matière d’accueil des jeunes joueurs. « Des U6 aux U13, nous accueillons tout le monde. Dans chaque catégorie, nous avons plusieurs équipes et cela permet à tous les jeunes d’évoluer quelque soit leur niveau. C’est en U13 que nous changeons notre fusil d’épaule. »

C’est là que le club se sépare de certains joueurs car il n’y a plus ensuite qu’une seule équipe U14. « Nous rencontrons rapidement dans la saison les parents des jeunes qui ne resteront pas à Arras (ce ne fut apparemment pas le cas du jeune Clément ci-dessus, NDLR), et nous faisons une synthèse. On parle des problèmes d’absentéisme, de comportement, et ensuite de niveau. Et nous essayons de trouver une solution. » Souvent quand un joueur quitte le club, il est orienté vers Saint-Laurent, Tilloy ou l’ASPTT. « C’est le choix des parents en fonction de leur lieu d’habitation ou de leurs envies. Mais ce n’est pas toujours simple à faire comprendre. Il y a des parents qui veulent à tout prix que leur enfant porte le maillot d’Arras. » En U14, le football se joue à onze, et le club n’est plus représenté que par une seule équipe, au niveau Ligue, ce qui oblige effectivement, pour que le club garde son rang dans la Ligue, à avoir la meilleure équipe possible. « On se heurte à des problèmes de terrain et d’organisation. Pour la saison prochaine, on ne peut pas par exemple se servir du terrain d’athlétisme avant quelques mois. »

Le manager général se plaît aussi à rappeler que le football est avant tout un jeu. « On peut effectivement garder tout le monde, mais ce ne serait pas honnête de notre part. Le football, c’est avant tout un plaisir avant de devenir un sport de compétition. Il est bien mieux qu’un jeune, pour qui nous sentons qu’il risque de ne pas jouer beaucoup, aille dans les clubs autour d’Arras. » On se rend compte finalement que tout le monde n’y trouve pas son compte dans cette entité Arras-Football (créée de la fusion entre le Racing et Arras-Ouest en 1998) qui, après la phase de brassage, se tourne vers une élite pour pouvoir réussir et former des joueurs de bon niveau. Mais un jeune de 12 ou 13 ans, fidèle et amoureux de son club, ne comprend pas toujours cette logique…

Commentaires

US MONCHY AU BOIS RECRUTE DANS LES CATÉGORIES JEUNES SAISON 2016 /2017

TU AIME LE FOOT …. TU AS PLUS DE 5 ANS ET TU AS ENVIE DE PRENDRE DU PLAISIR TOUT EN PROGRESSANT : REJOINS NOUS !